Mots-clés

,

Image

En temps normal, je m’intéresse aux élections. Je sais, je suis d’une race à part. Qu’elles soient fédérales, provinciales ou municipales. Bon, j’avoue que côté Commission scolaire, je ne suis pas encore rendue là. Tout de même, la campagne pour les élections municipales que nous connaissons présentement possédait absolument tout (ou toujours un peu plus qu’à l’habitude, admettons!) pour rendre la population intéressée et désireuse d’y participer. Controverses, scandales et démissions à répétition, les médias s’en régalaient à cœur joie! Mais, non. Encore une fois, je ne sais pas trop de quelle façon, ils ont réussit à rendre ce processus démocratique sans aucun intérêt, moi qui avais tout de même beaucoup de volonté. Les candidats de la mairie de Montréal prônent tous le changement. Bah oui, c’est facile à dire, ça paraît bien et c’est assez courant dans tous les Partis politiques, à n’importe quel palier. Pourtant, j’étais contente de voir des visages plus ou moins connus. Je me disais que le débat pourrait virer à autre chose. Finalement, au fil du temps, on se rend bien compte qu’ils ont tous eu quelque chose à voir avec ce que l’on connaît déjà.

Je ne sais pas pourquoi… un espèce de goût amère me reste longtemps en bouche lorsque je les entend parler. J’ai même remis en question mon vote. Moi! Moi qui a achalé bon nombre de personnes pour qu’elles s’assurent que leur nom soit bel et bien sur la liste électorale… Je me disais que la destination de mon vote n’allait pas changer grand chose au bout du compte, et maintenant, lorsque j’aperçois une pancarte électorale, je ne vois que de la pollution visuelle.

C’est alors qu’un miracle intellectuel de persévérance est arrivé et que j’ai décidé de connaître les « autres » candidats.  Bah oui, pourquoi devrait-on débattre des idées de seulement 4 candidats. Vous saviez qu’il y en a 12 d’enregistrés? Bien oui, 12! Qui a décidé qu’un de ces quatre devait être absolument notre maire? Ceux qui ont le financement nécessaire afin d’assurer leur grande médiatisation, peut-être? C’est-à-dire les mêmes vieux mouvements politiques que nous connaissons!  Ne vous fâchés pas, ce ne sont que de simples suppositions… Bah voyons!  Parler de ces quatre sans arrêt laisse croire à la population qu’il n’y en a pas d’autres ou qu’ils n’en sont pas dignes d’intérêt et que, au final, cela assure leur nomination délaissant l’équité, c’est-à-dire la même chance à tous les coureurs inscrits.

Alors, je me disais que je pourrais bien tenter de faire connaître ce groupe de 12 candidats à la mairie. Ceux-ci sont, selon Élection Montréal :

  • BERGERON, Richard Projet Montréal – Équipe Bergeron
  • BLAIS, Claude Indépendant
  • BRÛLÉ, Michel Intégrité Montréal
  • CODERRE, Denis Équipe Denis Coderre pour Montréal
  • CÔTÉ, Marcel Coalition Montréal – Marcel Côté
  • HAMIDA, Louai Indépendant
  • JOLY, Mélanie Vrai changement pour Montréal – Groupe Mélanie Joly
  • MATONDOT, Paunel Paterne Indépendant
  • SAURIOL, Clément Indépendant
  • SONOKPON, Kofi Indépendant
  • TULASNE, Patricia Indépendant
  • YOUNG, Joseph Indépendant

Je vous dirais qu’il n’est pas tellement évident d’avoir de l’information sur chacun d’entre-eux. Alors, je vous laisse les découvrir un tantinet en vous divertissant par Infoman! :

Sinon, quelques uns d’entre-eux sont décrits dans le Journal Métro. Bon, c’est ce que j’ai pu trouver.

Si un candidat vous intéresse, fouillez sur le net! Ça l’en voudrait sans doute la peine.

Du côté arrondissement, vous pouvez obtenir votre liste en sélectionnant votre arrondissement sur le menu qui défile sur le site d’Élection Montréal.

Après, ce sera à vous de trouver de l’information les concernant, parce que peut-être que votre journal de quartier n’en parle même pas! Ça nous démontre le grand intérêt qu’on y porte!

Au fait, si vous vous demandez ce que sont les rôles et responsabilités des instances, du maire d’arrondissement et de leurs conseillers selon leur district électoral, allez voir leur description sur le site des Affaires municipales.

Mon but principal ici n’était pas vous faire délaisser un candidat quelconque, mais bien de vous faire voir d’autres possibilités si vous vous sentez blasés comme moi j’ai pu l’être.

Finalement, ma propre opinion face aux changements dans le contexte actuel est que je crois que c’est en encourageant la diversité que nous pourrons créer quelque chose de nouveau au sein de notre quartier, notre arrondissement ou même, qui sait de notre ville. De toutes manières, en étant optimiste, pourrait-on faire pire? 😉

Advertisements