Mots-clés

, , , ,

 

(Ceci est un texte d’opinion)

chavez

 

En ce moment, plusieurs personnes se réjouissent de la mort d’un homme, car il n’avait pas les mêmes valeurs et la même idéologie politique qu’eux… Ça en dit beaucoup sur le genre de personnalité que peuvent avoir certaines personnes avares et très motivées à protéger ce qu’elles contrôlent. Alors, les banques, les multinationales et toute l’oligarchie mondiale ont trinqué au champagne hier soir, même les jambons brainwashés sont contents, mais pourquoi pensez-vous?

Parce qu’Hugo Chavez est mort, et ce mec est un sale socialiste, un écœurant qui a eu le culot de nationalisé les industries clés du Venezuela pour que les profits restent au pays, un criss de gauchiste qui à réduit la pauvreté de moitié et l’extrême pauvreté de 70%, il a dilapidé les fonds publics dans ses programmes de petit-déjeuner pour les écoles et il a doublé les allocations sociales pour les retraités et les handicapés, parce qu’il a monté le programme « vivienda » qui a pour objectif de construire 2 millions de nouveaux logements d’ici 2020, parce qu’il a réduit la dette publique, parce qu’il a plus que doublé le revenu moyen par habitant, parce que son pays est maintenant le moins inégalitaire d’Amérique du Sud selon l’indice de Gini, parce qu’il a fait passé la part du PIB consacré à l’éducation de 1,6 % à 4,3 % en 7 ans, parce qu’il ne laisse pas le champ libre aux multinationales pilleuse de ressources et ne leurs donnes pas l’impunité face aux désastres qu’elles causent. Je pourrais continuer, mais vous voyez ce que je veux dire. Évidemment, pour en arriver à un changement aussi rapide et drastique, il faut très certainement faire chier des gens, en particulier ceux positionnés dans les hautes sphères de la société (tsé ceux qui pop du champagne quand un gauchiste meurt).

Je ne peux certainement pas lui pardonner les méthodes dures qu’il a souvent employées pour arriver à ses fins, notamment au niveau de la liberté d’expression, mais ce n’est rien comparativement à toute cette violence à laquelle le Monde est habitué, une violence économique exercée en toute impunité puisque glorifié par un système qui fonctionne beaucoup mieux comme ça, cette violence on en parle pas, elle est justifiée… On reproche souvent le manque de colonne de la part des politiciens face à la puissance de l’argent, et bien Hugo il en avait toute une colonne, un peu trop parfois. Ça lui a valu le titre de « dictateur » et d’anti américain, d’anti Occident… Les autres voyous de l’économie mondialisée et standardisée se sont retrouvé ses alliés par défaut, Cuba et l’Iran, pour citer les plus célèbres, du bonbon pour ses détracteurs. Parait que c’est le prix à payer pour vouloir autre chose que l’américanisme comme mode de vie.

En fait, si l’on met dans une balance, d’un coté ses bons coups et de l’autre ses mauvais, on obtient un trébuchet assez puissant pour catapulter ses bêtises de l’autre bord du Golf du Mexique, rien de moins… Ce que Chavez a fait POUR son peuple est incommensurablement supérieur à ce qu’il a fait contre.

Chavez chiale haut et fort contre l’impérialisme américain et l’hégémonie économique qu’ils exercent sur le continent sud-américain, il dénonce fermement le FMI et la Banque Mondiale, il évoque même des doutes vis-à-vis des attentats du 11 septembre (it was an inside job). Mais son pire crime fut probablement d’avoir été un adepte de Noam Chomsky, parce qu’on sait bien que ceux-là peuvent être dangereux, ces gens-là peuvent même aller jusqu’à la désobéissance civile, voir même avoir un penchant anarchiste et ainsi déstabiliser la paix sociale, quel crime ignoble… Dénoncer le fait qu’une microscopique castre d’élite s’accaparent l’immense majorité des ressources planétaire est encore aujourd’hui considéré comme un crime réprimandable, comme à l’époque de Louis XVI, comme à l’époque des Pharaons, c’est juste les mots qui changent. De monarchie à oligarchie, pas tant de différences sur le fond, et en plus les deux finissent en « chié »…

Il est clair que lorsque que tu ne veux pas sauter à pied joins dans le néo-libéralisme mondial et qu’au contraire tu veux fonctionner en marge, et bien tu te fais des ennemis puissants, et puis le peu d’amis qu’il te reste seront eux aussi stigmatisé comme autant de démons à vaincre. Si cela fonctionne à l’échelle de la cour d’école, ça fonctionne aussi à l’échelle de la géopolitique globale…

Je n’ais pas toujours été d’accord sur la méthode, mais sur le fond, il avait bien raison ce Chavez. J’espère pour le peuple vénézuélien que son successeur saura lui rendre justice et pourra poursuivre cet odieux crime contre l’Humanité, c’est-à-dire de travailler pour le peuple et non pour les corporations comme le font les politiciens moelleux de chez nous. Basta!

 

Marcoantonio

Advertisements