Mots-clés

, ,

Avez-vous vu le film Survivre au progrès de Mathieu Roy? Je l’ai regardé dernièrement et j’ai bien aimé. Ce film est en fait inspiré d’un livre de Ronald Wright que je suis en train de lire en ce moment Une brève histoire du progrès. Le film va vous laisser sur votre appétit si vous avez d’abord lu le livre, comme la plupart des films inspirés d’un livre d’ailleurs. Pour ma part, c’est le livre qui me laisse sur mon appétit, car je me suis déjà tapé la fameuse trilogie de Jared Diamond, l’Effondrement, De l’inégalité parmi les sociétés, Le troisième chimpanzé. Par contre, ce petit livre et ce petit film sont de véritables prouesses de vulgarisation, que je recommande à tout le monde.

L’auteur du livre commence en évoquant la question de Gauguin; D’où venons-nous? Que sommes-nous? Où allons-nous? On voit cependant qu’il s’intéresse principalement à la troisième question, mais reconnait l’importance de savoir par où nous sommes allés pour savoir où l’on s’en va. Il relate les grandes lignes de l’histoire de l’humanité, sans trop s’attarder sur les détails et c’est bien comme ça, car cela rend le texte accessible à un plus grand nombre de personnes. Il explique comment l’Homme des cavernes s’est sédentarisé à partir de la fin de la dernière ère glaciaire il y a environ 12 000 ans, en apprivoisant l’agriculture et l’élevage du bétail. Voici un extrait qui parle des débuts de l’agriculture, il y a environ 10 000 ans.

(…) à peu près en même temps que les gens accroissaient la culture des plantes, ils apprenaient que certains herbivores et oiseaux pouvaient être pistés, mis en enclos et abattus à un rythme viable. Au cours des générations, ces animaux devinrent suffisamment dociles et imbéciles pour ne pas se préoccuper des bipèdes, ces tueurs en série qui les suivaient à la piste. La chasse devint l’élevage, tout comme la cueillette devint le jardinage.

L’auteur explique sommairement les facteurs qui ont favorisé l’apparition des premières villes, des premières civilisations, des premières cultures. L’Humain moderne a commencé à utiliser des outils il y a environ trois millions d’années, mais les prouesses technologiques ont réellement débuté après le retrait des glaciers il y a 12 000 ans, et de façon exponentielle s’il vous plait. Les premières civilisations ont vu le jour en Mésopotamie (Sumer) il y a 5000 ans, puis 2000 ans plus tard il y en avait tout le tour du globe. Un autre extrait :

(…) ce qui a eu lieu au début des années 1500 fut réellement exceptionnel, quelque chose qui ne s’était jamais produit auparavant et qui ne se reproduira jamais plus. Deux expériences culturelles, se déroulant indépendamment depuis au moins 15 000 ans, se trouvèrent enfin face à face. L’incroyable, après tout ce temps, est que chacune pouvait reconnaitre les institutions de l’autre. Quand Cortés mit pied à terre au Mexique, il y trouva des routes, des canaux, des cités, des palais, des écoles, des tribunaux, des marchés, des travaux d’irrigation, des rois, des prêtres, des temples, des paysans, des artisans, des armées, des astronomes, des marchands, des sports, du théâtre, de la musique et des livres. Des civilisations avancées s’étaient développées de part et d’autre de la Terre, différentes dans les détails, mais semblables pour l’essentiel.

S’en suivirent plusieurs formes de progrès, la révolution industrielle, l’électricité, internet, etc. En fait, l’auteur démontre que le progrès est essentiellement culturel plutôt que biologique, le cerveau humain n’a pas changé une miette depuis 50 000 ans, nos habitudes de vie oui. Une sorte de remise en question sur notre existence, sur l’anthropocène. Prendre soin de notre habitat et de nos semblables s’avère essentiel à la survie et à l’épanouissement de l’Humanité, et une certaine remise en question du modèle actuel du progrès est absolument nécessaire.

Bref, allez lire!

Marcantoine

Advertisements