Mots-clés

, , , , ,

L’art urbain est cette relativement nouvelle forme d’embellissement du mobilier urbain que l’on aperçoit de plus en plus dans nos villes. Que l’œuvre soit revendicatrice, contestataire, engagée ou simplement jolie, elle ne laisse généralement personne indifférente. Personnellement, j’aime bien ce phénomène et je voudrais le voir prendre de l’ampleur à Montréal. Il y a un artiste d’ici bien présent dans l’ouest de la ville, Roadsworth, qui travaille à laisser une trace subtile sur la ville à l’aide de pochoirs et de peintures. Une autre sommité dans le domaine est le Londonien Bansky.

Je suis conscient que certains détracteurs diront qu’il s’agit de vandalisme et que cela peut engendrer un problème de sécurité ou d’ordre public. Moi, je crois que la société a tout à gagner de la libéralisation de cette forme d’art, et certains l’ont bien compris, car nous voyons de plus en plus de propriétaires d’immeubles autoriser des graffitis sur leurs murs. Des villes comme Buenos Aires offrent même un circuit touristique consacré à l’art de rue. D’un côté c’est la ville qui s’embellit par les couleurs et les formes, de l’autre, nous assistons à une métropolisation de l’art contemporain. Fini le temps où seulement l’architecture et les monuments étatiques définissaient le caractère d’une ville. Qu’en pensez-vous?

Visitez Street art Utopia et JR Art pour avoir une bonne idée de ce qui se fait dans le Monde. À Montréal, l’organisme MU soutient l’art public.

Un autre lien cool: Wooster

Marcantoine

Advertisements