Mots-clés

, ,

D’après un article de la Presse Canadienne, de nombreux activistes et des représentants de l’État somment le premier ministre du Canada*, Stephen Harper, d’aborder à haute voix la question des droits humains chinois lors de sa visite dans les prochains jours en Chine.

De multiples défenseurs des droits de l’homme s’inquiètent du renforcement de l’oppression vis-à-vis les libertés de sa population. Effectivement, depuis les derniers mois, le Gouvernement chinois intensifia, entre-autre, ses restrictions quant à la liberté de presse (Agence France-Presse), puis imposa des condamnations plus sévères pour les défenseurs des droits de l’homme et de la libération du Tibet (La Presse Canadienne).

Bien que Harper ait mentionné dès son élection qu’il ne serait guère influencé par le « dieu Dollar » (La Presse), en ce qui a trait aux relations économiques sino-canadiennes, certains stipulent que ce facteur serait plus important qu’il ne le prétend. Notons qu’il a fallu plus d’une décennie afin que ces liens économiques deviennent stables (Chambre de Commerce du Canada) et que le Gouvernement conservateur canadien a mentionné dernièrement le désir de diversifier ses marchés externes afin de diminuer sa dépendance face aux États-Unis tout en spécifiant l’intérêt chinois.

À titre indicatif, la Presse clame que « le commerce Canada-Chine a triplé depuis 10 ans, avec des exportations canadiennes de 13 milliards et des importations de 44 milliards« .

Ceci étant dit, je trouve cela totalement ironique que l’on demande au premier ministre de parler des droits humains bafoués, lui qui est en train de restreindre, depuis son arrivée au pouvoir, les libertés et droits que les Canadiens et Canadiennes ont acquis au fil du temps. La presse est de plus en plus contrôler, les Autochtones ne sont presque pas considérés dans la lois comme des êtres humains (enfin… ils sont loin d’être égaux en comparaison aux autres citoyens), puis, les droits quant à l’avortement, au mariage gai, aux jeunes contrevenants,… sont sans cesse remis en doute. Bien que je sois totalement consciente qu’il y ai une grande marge entre les deux situations, je ne crois pas que nous pouvons dire ici que le gouvernement en est un exemplaire. Il va plutôt bien se cloîtrer entre quatre murs avec le président chinois et prendre des notes!

* Pays bordant par l’Est et l’Ouest le Québec. 😉

** Photo : Stephen Harper et Zhang Junsai, ambassadeur de Chine au Canada, caressant une peluche. Source: http://www.chine-informations.com

*** Autre article d’intérêt: Toronto Sun : Harper urged to talk human rights in China

Advertisements